Méditation : temps de l’Avent, temps qui conduit à Noël, temps qui conduit à la rencontre du Seigneur (1er dimanche, 2 décembre 2012)


Le mot liturgique AVENT signifie « Ce qui doit advenir » - « Avènement » - « Venue »...
Phonétiquement cela ressemble fort à l’italien « Avanti, en avant ».
Nous allons en avant vers la fête de la Nativité du Seigneur, la fête de l’Incarnation de Dieu parmi nous.

TEMPS DE L’AVENT, TEMPS QUI CONDUIT A NOËL

Noël est la fête qui nous amène à faire mémoire de la première venue du Messie, de la naissance de Jésus de Nazareth, et le temps de l’Avent ne peut être qu’un temps qui engendre, développe la joie.

Or, ce dimanche 2 décembre 2012, nous entrons dans le temps de l’Avent…
Et voilà qu’en ce premier dimanche de l’attente de Noël, l’Église propose à notre réflexion un passage d’Évangile qui relate des catastrophes : "Il y aura des signes dans le soleil, la lune et les étoiles." - affolement des nations –fracas de la mer en tempête (tsunami, donc) – mort dans la peur.
Automatiquement je pense qu’il y a erreur d’aiguillage ! Mais en réalité c’est moi qui fais fausse route !
Au fond, avec ces histoires de cataclysme, ne sommes-nous pas projetés comme au début de la Création du monde :
« Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre. Or, la terre était vague et vide, les ténèbres couvraient l’abîme, l’esprit de Dieu planait sur les eaux. » (Genèse 1, 1-2)
Nous pensions être orientés sur Noël et voilà que nous sommes invités à participer à une nouvelle création pour nous-mêmes !
Le Seigneur vient !

Mais, en réalité, ce discours de Jésus me rappelle personnellement les manifestations de Dieu dans le livre de l’Exode :
« Or le surlendemain, au lever du jour, il y eut, sur la montagne, des tonnerres, des éclairs, une épaisse nuée, accompagnés d’un puissant son de trompe, et, dans le camp, tout le peuple trembla. Moïse conduisit le peuple hors du camp, à la rencontre de Dieu, et ils se tinrent au bas de la montagne. La montagne du Sinaï était toute fumante parce que Yahvé y était descendu sous forme de feu. La fumée s’en élevait comme d’une fournaise et toute la montagne tremblait violemment. Il y eut un son de trompe qui allait s’amplifiant. Moïse parlait et Dieu lui répondait par des coups de tonnerre. Yahvé descendit sur la montagne du Sinaï, au sommet de la montagne, et manda Moïse au sommet de la montagne. Et Moïse monta. » (Exode 19, 16-20)

Les choses alors se préciseraient : nous serions invités à une nouvelle création, mais nous serions également invités à la grande rencontre avec Dieu !

TEMPS DE L’AVENT, TEMPS DE LA RENCONTRE AVEC LE SEIGNEUR

L’Église, en nous proposant ce temps liturgique de l’Avent, ne veut pas seulement nous faire souvenir d’une naissance qui a déjà eu lieu, dans une ville de Judée, il y a près de 2000 ans !
Par ce temps de l’Avent, l’Église nous invite, avec insistance, à réanimer notre désir de Dieu, notre désir profond de vouloir le rencontrer chaque jour.

Et dans l’Évangile de ce premier dimanche, Jésus ne veut pas nous faire peur, ne veut pas nous paralyser d’effroi. Au contraire, il veut que nous ayons une attitude d’hommes et de femmes appelés à se réaliser, dans une joie profonde… :
« Redressez-vous, relevez la tête car votre Rédemption approche. »

JPEG - 7.6 ko
"Redressez-vous, relevez la tête car votre Rédemption approche"

Nous sommes invités à nous engager comme dans une grande randonnée, sur le GR de la Rencontre. Et, comme pour toute randonnée, il nous faut être équipés adéquatement :

  1. suivant le conseil de Jésus, tenons-nous sur nos gardes de peur que notre cœur ne s’alourdisse dans les soucis de la vie.
  2. suivant le conseil de saint Paul, prions « pour que le Seigneur nous accorde un amour de plus en plus débordant entre nous et à l’égard de tous les humains. »
  3. Pour mieux nous présenter devant le Seigneur, ne nous lassons jamais de pratiquer le droit, la justice, en étant artisans de paix et d’unité dans notre milieu de vie.

Si je croyais vraiment, si j’étais vrai disciple de Jésus, je devrais aspirer de tout mon être à cette rencontre finale du face à face ; aspirer de tout mon être à la fin de la gestation terrestre pour enfin naître à la pleine vie éternelle.
Mais, il ne faut pas se faire illusion. Je ne suis pas arrivé à ce niveau de sainteté…et peut-être que vous non plus ! Alors ?
Eh bien, il faut s’y mettre, il faut avancer !
Nous sommes tous attendris en nous penchant sur un berceau ou sur un petit Jésus couché sur la paille. C’est bien ! Cela ne peut pas faire de mal !
Mais nous devrions surtout être attendris, tout en émoi en sentant approcher le moment extraordinaire de la rencontre avec le Seigneur Jésus !

JPEG - 5.8 ko
"aspirer de tout mon être à la fin de la gestation terrestre..."

Dans ce sens, elle est très belle, cette prière que nous serons invités à dire en commençant la messe du premier dimanche de l’Avent :
Dieu tout-puissant donne à tes fidèles, d’aller avec courage,
sur les chemins de la justice, à la rencontre du Seigneur Jésus,
pour qu’à l’heure du jugement, tes fidèles soient appelés
à entrer en possession du Royaume des cieux ! Amen !

F. Pierre Mazoué, Bron

Lectures de la messe du 1er dimanche de l’Avent (Année C)

1ère lecture : Jr 33, 14-16
Lecture du livre de Jérémie
Parole du Seigneur : Voici venir des jours où j’accomplirai la promesse de bonheur que j’ai adressée à la maison d’Israël et à la maison de Juda :
En ces jours-là, en ce temps-là, je ferai naître chez David un Germe de justice, et il exercera dans le pays le droit et la justice.
En ces jours-là, Juda sera délivré, Jérusalem habitera en sécurité, et voici le nom qu’on lui donnera : « Le-Seigneur-est-notre-justice ».

2ème lecture : 1Th 3, 12 - 4, 2
Lecture de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Thessaloniciens
Frères, que le Seigneur vous donne, entre vous et à l’égard de tous les hommes, un amour de plus en plus intense et débordant, comme celui que nous avons pour vous.
Et qu’ainsi il vous établisse fermement dans une sainteté sans reproche devant Dieu notre Père, pour le jour où notre Seigneur Jésus viendra avec tous les saints.
Pour le reste, vous avez appris de nous comment il faut vous conduire pour plaire à Dieu ; et c’est ainsi que vous vous conduisez déjà. Faites donc de nouveaux progrès, nous vous en prions, frères, nous vous le demandons dans le Seigneur Jésus. D’ailleurs, vous savez bien quelles instructions nous vous avons données de la part du Seigneur Jésus.

Évangile : Lc 21, 25-28.34-36
Évangile de Jésus Christ selon saint Luc
Jésus parlait à ses disciples de sa venue : « Il y aura des signes dans le soleil, la lune et les étoiles. Sur terre, les nations seront affolées par le fracas de la mer et de la tempête. Les hommes mourront de peur dans la crainte des malheurs arrivant sur le monde, car les puissances des cieux seront ébranlées. Alors, on verra le Fils de l’homme venir dans la nuée, avec grande puissance et grande gloire. Quand ces événements commenceront, redressez-vous et relevez la tête, car votre rédemption approche.

Tenez-vous sur vos gardes, de crainte que votre cœur ne s’alourdisse dans la débauche, l’ivrognerie et les soucis de la vie, et que ce jour-là ne tombe sur vous à l’improviste. Comme un filet, il s’abattra sur tous les hommes de la terre. Restez éveillés et priez en tout temps : ainsi vous serez jugés dignes d’échapper à tout ce qui doit arriver, et de paraître debout devant le Fils de l’homme. »