A Créteil, les capucins invitent amis et voisins


Le mercredi 13 juin à partir de 19h00, les frères capucins de Créteil reçoivent leurs voisins et leurs amis, pour les remercier de leur accueil, leur hospitalité, et pour mieux faire connaissance. Cela se passera chez eux, 22, rue des Galets à Créteil.

Au programme :

  • Inauguration d’une statue représentant « François d’Assise et le loup » [1] dans la cour de la maison. Cette statue est un symbole de fraternité.
  • M. Michel Sauquet, chercheur et formateur en relations interculturelles, et laïc franciscain, évoquera pendant quinze minutes l’histoire de François d’Assise et du loup de Gubbio ;
  • verre de l’amitié.

Nous sommes convaincus que François d’Assise peut encore aujourd’hui nous aider à vivre la fraternité.

Des négociateurs, heureusement, il y en a partout. Je voudrais en citer un en conclusion. Un homme du XIIe siècle pleinement pertinent pour penser l’interculturel au XXIe siècle : François d’Assise, un négociateur hors pair, qui ne reniait certes rien de ses valeurs et de son identité. Rappelez-vous, pour ceux qui connaissent bien son histoire : il savait dépasser la peur et comprendre les problèmes de l’autre. L’épisode du « Loup de Gubbio » le montre en train d’identifier les raisons de la férocité de la bête – la faim – et de négocier sur cette base un accord entre les villageois et lui. Il ne s’est pas opposé frontalement à l’islam, réussissant au contraire un dialogue extraordinaire avec le sultan Malik Al Kamil alors que d’autres ne faisaient que manier l’invective. C’était un homme dont les rapports à la nature (culture de symbiose vs culture de domination) en ont fait après coup un trait d’union avec les spiritualités asiatiques, africaines ou andines et qui par là même se présente comme un médiateur post mortem dans le dialogue interreligieux.

 [2].

Avant cette rencontre, une messe sera célébrée, présidée par frère Daniel Painblanc, dans la paroisse des frères, Saint-Pascal Baylon : le 13 juin est le jour de la fête de Saint Antoine de Padoue.

Notes

[1il faudrait aussi ajouter "et la colombe" : la statue, modeste vient du couvent de Guingamp, qui a été fermé, et est passée ensuite par Blois et par Angers

[2Michel Sauquet, Colloque international du Rephi, 7 Avril 2016, Institut Catholique de Paris, Laïcité, interculturalité et intelligence de l’autre