De la lessiveuse automatique à vapeur à la propulsion électrique


Il y a toujours eu chez les capucins, comme d’ailleurs dans beaucoup d’autres communautés religieuses, des hommes à l’esprit curieux et créatif, qui se sont passionnés pour la recherche scientifique et technique dans des domaines très divers, et sans grands moyens.

JPEG - 56.4 ko
Lessiveuse autgomatique

Les Annales du couvent de Chambéry rapportent ainsi que, dans les années 1901-1903, le frère Candide de Magland, qui était déjà l’inventeur breveté du porte-plume monographe (1888), vit deux autres de ses nouvelles inventions brevetées obtenir un succès toujours croissant. C’étaient la lessiveuse automatique à vapeur, que le frère Isidore d’Arbin perfectionna par l’adjonction d’une pompe brevetée, et « l’amortisseur acope » qui valut à son inventeur, à l’Exposition Universelle de Paris, une médaille d’or et la Croix du mérite du commerce et de l’industrie.
Un siècle après, dans le même esprit, et dans la même région, le frère Roger Blanc poursuit au couvent d’Annecy ses investigations dans un autre domaine, qui est celui de "la propulsion électrique". Comme il l’explique dans un blog documenté, sympathique et pédagogique, sur la propulsion électrique, cette dernière répond à la question : "Comment se fait-il que, connaissant l’électrostatique, ses attirances et ses répulsions, nous n’ayons pas encore trouvé le moyen de faire voyager dans l’espace des objets parfaitement identifiés, grâce à la seule force de l’électricité ? La propulsion électrique est donc la description des moyens qui devraient nous permettre de faire voyager dans l’espace des engins genre avions ou fusées "poussés" par la seule force de l’électricité."