L’éditorial de frère Éric


« Écris que je bénis tous mes frères, ceux qui sont actuellement dans notre Ordre et ceux qui, jusqu’à la fin du monde, y viendront. Je suis trop faible et j’ai trop mal pour parler ; brièvement je veux déclarer ma volonté en trois mots que voici : que toujours ils s’aiment les uns les autres en souvenir de ma bénédiction et de mon testament ; que toujours ils aiment et honorent notre Dame la sainte Pauvreté ; que toujours ils se montrent fidèles et soumis aux prélats et à tous les clercs de notre sainte Mère l’Église. » (François d’Assise, Testament de Sienne, 1226)

Huit siècles plus tard, les frères mineurs, franciscains, conventuels et capucins sont heureux de poursuivre le chemin initié par François d’Assise en vivant, dans leurs lieux historiques comme dans des lieux nouveaux, la forme de vie selon le Saint Évangile : dans des sanctuaires, dans des couvents, en paroisses, en maisons, en centres villes, en banlieues… la simplicité est choisie et la vie en frères estimée. En 2017, le saint d’Assise invite toujours ses frères à s’aimer les uns les autres, en honorant « notre Dame la sainte Pauvreté » dans la fidélité à « notre sainte mère l’Eglise ».
Alors qu’en 1517, le pape Léon X reconnaissait officiellement différentes branches au sein de l’Ordre des frères mineurs, en 2017, les frères souhaitent mettre en avant ce qui les unit : le souci d’aller vers l’autre qui est un frère. Dans cet esprit, une douzaine de frères vivront, du 20 au 26 novembre 2017, un temps d’annonce de l’Evangile en plein cœur de Lyon. Du vivant de saint François, des frères mineurs vivaient à Lyon et saint Bonaventure, grand théologien, y mourut en 1274. Depuis le XIIIème siècle, il y a toujours eu une présence franciscaine active à Lyon, de frères et de sœurs, consacrés et laïcs.
Durant cette mission lyonnaise appelée « Fraternels dans la ville », les frères vivront, dans la cathédrale Saint-Jean, la prière du matin et du soir, ainsi que des soirées aux thèmes variés ; ils rencontreront les jeunes du collège Sainte-Marie-Lyon des pères Maristes et parcourront les rues de Lyon, à pieds, deux par deux, comme Jésus le recommande à ses disciples. A ceux qu’ils rencontreront, ils veulent annoncer la paix, la paix qui vient de Dieu, la paix à accueillir, la paix à partager.

Frère Eric Bidot, ministre provincial,
frère mineur capucin