Libye : "Où veut-on en arriver avec ces bombardements ?" (Mgr Martinelli)


Le Vicaire apostolique de Tripoli, Mgr Martinelli, franciscain, déclarait le 22 mars : « Entre hier soir et cette nuit, nous avons entendu différentes explosions très fortes, même si elles étaient lointaines, accompagnées par le contre-chant de la défense antiaérienne libyenne. Je ne vois pas où cela pourra nous conduire. Est-il possible que l’on ne comprenne pas que l’on ne résout rien avec les bombes ? Encore une fois, je demande à ce que l’on recherche une solution diplomatique, éventuellement au travers de la médiation d’un leader africain. Ceux qui ont promu cette guerre doivent comprendre que Kadhafi ne cèdera pas. On risque de créer une crise de très longue durée, à l’issue incertaine ».
En ce qui concerne la situation des réfugiés africains qui se trouvent à Tripoli dans une situation difficile, le Vicaire apostolique affirme : « Nous cherchons à organiser le départ des érythréens et des réfugiés d’autres nationalités en direction de la Tunisie dont la frontière se trouve à 150 Km de Tripoli. Nous n’avons à cet égard pas rencontré d’obstacles de la part des autorités pas plus en Libye qu’en Tunisie. En Tunisie sont présentes les organisations internationales qui pourront prendre soin d’eux. Entre temps, nous continuons à assister les réfugiés qui se trouvent encore à Tripoli ».
« La petite communauté catholique s’est désormais réduite – conclut Mgr Martinelli. Aujourd’hui, devrait partir une centaine de personnes – infirmières philippines et travailleurs d’autres nationalités – qui préfèrent quitter le pays. Mais dans les hôpitaux, se trouvent encore différentes infirmières philippines qui continuent à assurer leur service. A nos célébrations participent désormais les seuls immigrés africains. Et il s’agit toujours d’un beau témoignage de foi en des moments si difficiles ».

source : Agence Fides