Méditation : Jean le Baptiseur, guide pour nos déserts (2e et 3e dimanche de l’Avent)


Notre guide : Jean le Baptiseur

Nous voici partis en randonnée. Comme dans toute randonnée il nous faut un guide et des points de repère nous indiquant l’orientation des chemins à prendre. Un homme, un marcheur (« Il parcourut toute la région du Jourdain » Luc 3,1-6), le cousin de Jésus, Jean le Baptiseur, nous sera donné comme guide pour nous piloter dans nos déserts, durant deux dimanches de suite (2e et 3e dimanches de l’Avent). A nous de niveler nos déserts, en nivelant dunes et ravins, pour faciliter notre marche. Saint Paul, dans sa lettre aux Philippiens – 1,4-11-, nous rassure : « Vous marcherez sans trébucher vers le jour du Christ. »

Le prophète Baruc est encore plus encourageant :
« Quitte ta robe de tristesse et de misère, et revêts la parure de la gloire de Dieu pour toujours, enveloppe-toi dan le manteau de la justice de Dieu, mets sur ta tête le diadème de la gloire de l’Éternel. Dieu va déployer ta splendeur partout sous le ciel. Debout, tiens-toi sur la hauteur, et regarde vers l’orient. » Baruc 5,1-9 – 2e D.A –
Il n’empêche qu’il s’agit d’une randonnée bien concrète au cours de laquelle chacune, chacun, a son rôle à jouer. C’est pourquoi il semble normal de nous poser la question (3e D.A – Lc 3,10-18) : « Que devons-nous faire ? »

Jean le Baptiseur n’a pas de réponse toute faite. Chaque réponse est adaptée à la situation de chacun de nous : « Si tu as deux vêtements, partage avec celui qui n’en a pas…et celui qui a de quoi manger qu’il fasse de même…ne porte ni violence ni tort à personne. »

Plus on s’approche (3e dimanche) du but de notre randonnée, qui est la Rencontre, plus on s’approche du ‘’Buisson ardent’’. et plus les exigences de conversion, de purification, vont se préciser : Comme le "enlève tes chaussures’’ formulé au Sinaï :
« Lui, vous baptisera dans l’Esprit Saint et dans le feu. Il tient dans la main la pelle vanner pour nettoyer son aire à battre le blé…quant à la paille il la brûlera dans un feu qui ne s’éteint pas. »
Ce n’est ni agréable à entendre ni facile à exécuter, mais c’est le prix à payer à l’approche de la Rencontre. Cela doit se faire dans la joie. Le prophète Sophonie nous y invite et nous encourage fortement. :

JPEG - 27.5 ko

« Réjouis-toi, tressaille d’allégresse…ne laisse pas tes mains défaillir…Le Seigneur ton Dieu aura en toi sa joie et son allégresse…Il dansera pour toi avec des cris de joie, comme aux jours de fête. » -Sophonie 3,14-18 –
Saint Paul ne peut que prendre le relais de Sophonie pour nous encourager
« Frères, soyez toujours dans la joie du Seigneur ; laissez-moi vous le redire : soyez dans la joie. Que votre sérénité soit connue de tous les hommes
Le Seigneur est proche. Ne soyez inquiets de rien, mais, en toute circonstance, dans l’action de grâce priez et suppliez pour faire connaître à Dieu vos demandes.
Et la paix de Dieu, qui dépasse tout ce qu’on peut imaginer, gardera votre cœur et votre intelligence dans le Christ Jésus. » Philippiens 4,4-7

voir la méditation du 1er dimanche de l’Avent
voir la méditation du 4e dimanche de l’Avent et de Noël


Lectures de la messe du deuxième dimanche de l’Avent, année C

Lecture du livre de Baruc (Ba 5, 1-9)
Jérusalem, quitte ta robe de tristesse et de misère, et revêts la parure de la gloire de Dieu pour toujours, enveloppe-toi dans le manteau de la justice de Dieu, mets sur ta tête le diadème de la gloire de l’Éternel.
Dieu va déployer ta splendeur partout sous le ciel, car Dieu pour toujours te donnera ces noms : « Paix-de-la-justice » et « Gloire-de-la-piété-envers-Dieu ».
Debout, Jérusalem ! tiens-toi sur la hauteur, et regarde vers l’orient : vois tes enfants rassemblés du levant au couchant par la parole du Dieu Saint ; ils se réjouissent parce que Dieu se souvient.
Tu les avais vus partir à pied, emmenés par les ennemis, et Dieu te les ramène, portés en triomphe, comme sur un trône royal.
Car Dieu a décidé que les hautes montagnes et les collines éternelles seraient abaissées, et que les vallées seraient comblées : ainsi la terre sera aplanie, afin qu’Israël chemine en sécurité dans la gloire de Dieu.
Sur l’ordre de Dieu, les forêts et leurs arbres odoriférants donneront à Israël leur ombrage ; car Dieu conduira Israël dans la joie, à la lumière de sa gloire, lui donnant comme escorte sa miséricorde et sa justice.

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Philippiens (Ph 1, 4-6.8-11)
Frères, chaque fois que je prie pour vous tous, c’est toujours avec joie, à cause de ce que vous avez fait pour l’Évangile en communion avec moi, depuis le premier jour jusqu’à maintenant.
Et puisque Dieu a si bien commencé chez vous son travail, je suis persuadé qu’il le continuera jusqu’à son achèvement au jour où viendra le Christ Jésus.
Dieu est témoin de mon attachement pour vous tous dans la tendresse du Christ Jésus.
Et, dans ma prière, je demande que votre amour vous fasse progresser de plus en plus dans la connaissance vraie et la parfaite clairvoyance qui vous feront discerner ce qui est plus important. Ainsi, dans la droiture, vous marcherez sans trébucher vers le jour du Christ ; et vous aurez en plénitude la justice obtenue grâce à Jésus Christ, pour la gloire et la louange de Dieu.

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc (Lc 3, 1-6)
L’an quinze du règne de l’empereur Tibère, Ponce Pilate étant gouverneur de la Judée, Hérode prince de Galilée, son frère Philippe prince du pays d’Iturée et de Traconitide, Lysanias prince d’Abilène, les grands prêtres étant Anne et Caïphe, la parole de Dieu fut adressée dans le désert à Jean, fils de Zacharie.
Il parcourut toute la région du Jourdain ; il proclamait un baptême de conversion pour le pardon des péchés, comme il est écrit dans le livre du prophète Isaïe : À travers le désert, une voix crie : Préparez le chemin du Seigneur, aplanissez sa route.
Tout ravin sera comblé, toute montagne et toute colline seront abaissées ; les passages tortueux deviendront droits, les routes déformées seront aplanies ;
et tout homme verra le salut de Dieu.


Lectures de la messe du troisième dimanche de l’Avent, année C.

Lecture du livre de Sophonie (So 3, 14-18)
Pousse des cris de joie, fille de Sion ! Éclate en ovations, Israël ! Réjouis-toi, tressaille d’allégresse, fille de Jérusalem !
Le Seigneur a écarté tes accusateurs, il a fait rebrousser chemin à ton ennemi. Le roi d’Israël, le Seigneur, est en toi. Tu n’as plus à craindre le malheur.
Ce jour-là, on dira à Jérusalem : « Ne crains pas, Sion ! Ne laisse pas tes mains défaillir !
Le Seigneur ton Dieu est en toi, c’est lui, le héros qui apporte le salut. Il aura en toi sa joie et son allégresse, il te renouvellera par son amour ; il dansera pour toi avec des cris de joie, comme aux jours de fête. »

Lecture de la lettre de saint Paul aux Philippiens (Ph 4, 4-7)
Frères, soyez toujours dans la joie du Seigneur ; laissez-moi vous le redire : soyez dans la joie.
Que votre sérénité soit connue de tous les hommes. Le Seigneur est proche.
Ne soyez inquiets de rien, mais, en toute circonstance, dans l’action de grâce priez et suppliez pour faire connaître à Dieu vos demandes.
Et la paix de Dieu, qui dépasse tout ce qu’on peut imaginer, gardera votre cœur et votre intelligence dans le Christ Jésus.

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc (Lc 3, 10-18)
Les foules qui venaient se faire baptiser par Jean lui demandaient : « Que devons-nous faire ? »
Jean leur répondait : « Celui qui a deux vêtements, qu’il partage avec celui qui n’en a pas ; et celui qui a de quoi manger, qu’il fasse de même ! »
Des publicains (collecteurs d’impôts) vinrent aussi se faire baptiser et lui dirent : « Maître, que devons-nous faire ? »
Il leur répondit : « N’exigez rien de plus que ce qui vous est fixé. »
À leur tour, des soldats lui demandaient : « Et nous, que devons-nous faire ? » Il leur répondit : « Ne faites ni violence ni tort à personne ; et contentez-vous de votre solde. »
Or, le peuple était en attente, et tous se demandaient en eux-mêmes si Jean n’était pas le Messie.
Jean s’adressa alors à tous : « Moi, je vous baptise avec de l’eau ; mais il vient, celui qui est plus puissant que moi. Je ne suis pas digne de défaire la courroie de ses sandales. Lui vous baptisera dans l’Esprit Saint et dans le feu.
Il tient à la main la pelle à vanner pour nettoyer son aire à battre le blé, et il amassera le grain dans son grenier ; quant à la paille, il la brûlera dans un feu qui ne s’éteint pas. »
Par ces exhortations et bien d’autres encore, il annonçait au peuple la Bonne Nouvelle.